La photographe du mois – Anne-Armelle LANGLOIS

Questions à Anne-Armelle Langlois, photographe du mois
1. Qui êtes-vous ?
J’ai toujours voulu être photographe et pour cela, j’ai fais l’école Louis Lumière, promotion 1992 ( après un bac scientifique et une prépa ).
A l’époque, j’étais passionnée de photographie en studio, nature morte et en sortant de l’école, j’ai d’abord travaillé comme assistante auprès de photographes parisiens.
Au bout de 2/3 ans, je me suis lancée en free lance, toujours dans le domaine de la publicité.

2. Depuis quand photographiez-vous les chevaux ?
Grâce à ma famille, j’ai toujours été au contact des chevaux. J’ai attelé et monté tout en restant ce qu’on appelle un amateur. En investissant dans du matériel numérique en 2002, je me suis lancée dans la photo de CSO ( photographe de terrain ) car ce milieu m’était familier. C’était en fait assez logique car j’espère être meilleurs photographe que cavalière !

3. Qu’est ce qui selon vous caractérise l’univers du sport équestre ? Quelles sont ses signes distinctifs ?
Petit à petit, j’ai élargi mon activité aux « coulisses » de ce monde. Le CSO, comme le complet, le dressage, l’attelage, les courses ou tout autre discipline équestre ne sont que
la finalité des professionnels de ce milieu de passionnés. Contrairement à d’autres sports, le facteur humain seul ne suffit pas et ( en principe ), le cheval passe avant celui ou celle qui « l’utilise ».
Que ce soit un gentil poney de promenade ou un crack, pas de résultats sans soins constants !
Pour en revenir à ce qui selon moi caractérise cet univers, c’est bien l’animal.

4. Comment photographiez-vous et quel type de matériel a votre faveur ?
Après mes années « studio », j’ai complètement abandonné la lumière artificielle. Même si je suis parfois obligée d’utiliser un flash de reportage ( en intérieur surtout ), je cherche surtout à utiliser les lumières naturelles.
Je trouve que le cheval ne se prête pas bien à la mise en scène. Je préfère attendre « le moment », la bonne attitude, la bonne météo et tenter de capter une image plutôt que de la fabriquer.
Dès que cela est possible, j’utilise principalement une longue focale pour ne pas intervenir dans le sujet, l’observer sans le déranger.

www.photographequestre.com


Voir le photographe du mois de février 2013

Voir le photographe du mois d'octobre 2012

Voir le photographe du mois d'aout 2012

Voir le photographe du mois de juin 2012

Voir le photographe du mois d'avril 2012

Voir le photographe du mois de mars 2012

Voir le photographe du mois de février 2012